top of page

CONCEPTS

A selection of important concepts to dive into Clouscard's body of work

Antéprédicatif

Mot à mot, c’est ce qui vient avant tout prédicat ou détermination concrète. L’antéprédicatif se donne, selon les philosophies, comme « structure » de la réalité – chez Levi-Strauss par exemple -, ou comme structure transcendantale de l’esprit humain organisant tout donné d’expérience dans des cadres a priori. La prétention à poser un antéprédicatif occulte la dimension fondamentale de la praxis humaine qui est nécessairement œuvre pour produire les moyens d’existence et intervention dans les chaînes causales naturelles.

* Dans “L'Être et le Code”, dans la “génétique du sujet”, les premiers moments du corps-sujet sont antéprédicatifs: il s'agit de la donnée biologique du corps du prématuré. Mais celle-ci va subir un processus dialectique d'appropriation et de négation d'un ”corps-substance” originel vers un “corps-sujet” (voir lexique).

* Dans “L'Être, la Praxis, le Sujet”, l'antéprédicatif est le premier moment correspondant à l'ontologie temporelle et à l'homme originel: “L'antéprédicatif rend compte de cette double transformation: de l'être au genre et du genre au genre, de l'humanisation de son héritage évolutionniste et de la création du genre par lui-même. Il est le lieu logique où l'être s'achève et le genre commence” (Livre 3, I , A).

Il y a donc deux usages de l'antéprédicatif: l'usage réactionnaire de la donation de sens par l'antéprédicatif, dans lequel l'antéprédicatif intervient comme un “résidu transcendantal” face aux efforts d'appropriation de soi et l'usage progressiste qui fait de l'antéprédicatif un moment dans un parcours dialectique dans lequel le genre humain comme l'individu produisent les déterminations à partir de l'être reçu qu'ils façonnent.

bottom of page